Peu après le décrochage des murs de Merci, je suis appelé par Leila Voigt pour proposer une œuvre dans le cadre du festival Ap’ Art (festival d’art contemporain des Alpilles) qu’elle organise chaque été en Provence.

Les grands espaces offerts dans les villages et châteaux sont une belle occasion pour mettre en valeur cette grande toile. Dans le superbe parc du Château des Alpilles à St Rémy de Provence: une ancienne orangerie à moitié en ruine, toiture envolée depuis longtemps, mais sous les platanes bi-centenaires deviens le cadre idéal. Plusieurs couches de « vernis » mate, invisible, ( il pleut parfois même en Provence ). L’ensemble a tenu bon pendant plus d’un an !

Rapatrié depuis, et à l’occasion d’un « atelier porte ouverte » Villa Moderne, il a été étalé au sol devant la maison comme un très grand tapis.